Dans 5 ans, 59% des emplois nécessiteront d’avoir une formation au numérique

(source : Microsoft et le cabinet IDC – 2014).  

Pour faire face aux nouveaux enjeux liés au numérique, les entreprises vont devoir faire appel à de nouvelles compétences, et donc à de nouveaux métiers.

A quoi vont ressembler les métiers de demain ? Comment se former dès aujourd’hui et quelles compétences sont requises ? Inventer son propre métier est-il devenu une réalité ?

Intervenants

Sébastien Levy-Prudent

Directeur associé Kyu Lab

De formation ingénieur et après un an de recherche au Japon sur les impacts de la culture sur les organisations et les modes de management, Sébastien Levy-Prudent commence sa carrière dans l'édition logiciel en tant que consultant à l'international chez ORSYP (depuis CA Technologies). Il évolue au sein de la structure comme ingénieur d'affaires puis comme responsable du département formation de l'entreprise (4000 personnes formées par an sur des logiciels et méthodes de management du SI). Après 5 ans dans le numérique, Sébastien intègre le cabinet de conseil en management KYU Associés au sein duquel il participe à la création de la structure KYU Lab qui réalise quotidiennement des études socio-économiques sur les différents secteurs économiques en France. Directeur associé au sein de KYU Lab, il a piloté depuis 6 ans de nombreuses études pour lesquelles la transition numérique est un facteur majeur : transition numérique dans les métiers de la construction, transition numérique des métiers du commerce, impacts de la transition numérique sur la fabrication de montres et bijoux, structuration de la filière systèmes embarqués en France... Les nouveaux moyens numériques affectent en effet les modèles économiques des entreprises et les pratiques des salariés à toutes les fonctions. Des métiers émergent, d'autres sont menacés et la plupart se transforment du fait de ce facteur d'évolution majeur. Il est capital pour les branches professionnelles et les pouvoirs publics d'apprécier justement ces mutations de sorte à accompagner les évolutions et transitions professionnelles.

Thibaut Gemignani

Directeur Général, FIGARO CLASSIFIEDS

Diplômé de l’Ecole Supérieure de Commerce de Rennes, Thibaut Gemignani entre dans le GROUPE FIGARO en 1996 en tant que Chef de Publicité, puis Chef de Groupe, pour commercialiser les offres d’emploi du FIGARO ECONOMIE. Il devient ensuite Directeur Général de CADREMPLOI fin 1998. Pionnier du marché de l’emploi sur Internet, Thibaut Gemignani mène à bien en 2006 la fusion de CADREMPLOI, KELJOB et EXPLORIMMO pour donner naissance à ADENCLASSIFIEDS. En tant que Directeur Général, il participe à l’introduction en bourse de la société en 2007 et à l’intégration en 2009 de l’ensemble des activités « annonces classées » du GROUPE FIGARO. A la suite de sa sortie de bourse, la société, détenue à près de 100% par le GROUPE FIGARO, change de nom pour devenir en 2011 FIGARO CLASSIFIEDS, tout en confirmant Thibaut Gemignani au poste de Directeur Général. Thibaut Gemignani intègre le Comité Exécutif du Groupe Figaro en septembre 2013.

Fatiha Gas

Directeur de l'ESIEA

Fatiha Gas a préparé un diplôme d’ingénieur en électronique option Système avant de venir en France préparer un DEA, puis un Doctorat dans le domaine de la vision artificielle. Après plusieurs années en tant qu’enseignante en informatique et mathématiques appliquées, Fatiha Gas a pris en charge le Département informatique d’une école d’ingénieurs. Quelques années plus tard elle devenait directrice du développement, de la recherche et des systèmes d’information. Dans ce contexte, elle a développé de nombreux partenariats avec des entreprises, créé puis dirigé un laboratoire de recherche sur des problématiques telles que les interfaces tactiles ou le développement haute performance, et fait évolué les services informatiques de l’école. Fatiha Gas a quitté l’école dans laquelle elle travaillait en aout 2012 pour développer une activité de conseil aux entreprises avec pour objectif de créer des partenariats entre l’industrie et l’enseignement supérieur. Depuis septembre 2013, elle dirige l’ESIEA Paris, le campus parisien d’une grande école d’ingénieurs dans les sciences et technologies du numérique. En parallèle de ses fonctions, Fatiha Gas œuvre pour l’attractivité de la filière numérique auprès des jeunes filles. Elle est membre du bureau de Femmes du Numérique, membre du Conseil d’administration de l’association Pasc@line et présidente de l’association Quelques Femmes du Numérique. Fatiha Gas a été promue en 2015 au grade de Chevalier de l’ordre national du mérite.